Feedback
ella
Les autotests sur le lieu de travail sont possibles. La réalisation de ces tests est cependant toujours volontaire pour les travailleurs. Pour un aperçu complet des types de tests et des possibilités pour les employeurs, nous renvoyons au tableau du SPF ETCS sur la base des directives les plus récentes.
 
Certains employeurs veulent que les travailleurs effectuent un autotest sur le lieu de travail après leur retour de vacances. Le risque de contamination sur le lieu de travail peut en effet augmenter maintenant que le télétravail n’est plus obligatoire.
 
Les autotests dans une relation de travail sont toutefois soumis à des règles strictes. C’est pourquoi nous les énumérons brièvement.
 
Autotests dans une relation de travail
 
Un employeur qui souhaite utiliser des tests de dépistage du coronavirus sur le lieu de travail doit contacter son médecin du travail.
 
En effet, seul le médecin du travail est compétent pour élaborer une telle politique de test.
 
En outre, ces tests sont volontaires. Cela vaut donc aussi pour les autotests.
 
Autotests en dehors de la relation de travail
 
Les employeurs peuvent acheter des autotests chez le pharmacien et les proposer à leurs travailleurs.
 
La réalisation de l’autotest est totalement volontaire. Le travailleur décide lui-même s’il souhaite ou non effectuer le test. Un employeur ne peut donc pas obliger le travailleur à passer un autotest avant, par exemple, de commencer son travail.
 
En outre, l’employeur ne peut tirer aucune conséquence de la réalisation ou non de l’autotest. Lorsqu’un travailleur ne souhaite pas se soumettre à un autotest, l’employeur doit tout de même autoriser sa présence sur le lieu de travail.
 
L’employeur ne peut pas traiter le résultat des autotests. En principe, il ne peut même pas connaître le résultat.
 
Enfin, l’employeur doit fournir les instructions nécessaires à l’utilisation des autotests. Il doit également informer le travailleur qu’en cas de résultat positif, il doit contacter son médecin traitant.
 
En outre, l’employeur peut demander au travailleur d’informer le médecin du travail d’un résultat de test positif. L’employeur ne peut pas l’imposer.
 
Après la notification du travailleur, le médecin du travail peut :
  • détecter d’autres contacts à haut risque chez l’employeur ;
  • délivrer un certificat de quarantaine aux contacts à haut risque ;
  • réorienter les autres travailleurs pour qu’ils effectuent un test ;
  • tester lui-même les travailleurs.
 
Mesures de prévention générales
 
Même avec des autotests, l’employeur doit toujours prendre des mesures de prévention appropriées sur le lieu de travail afin de garantir le respect des règles en matière de distanciation sociale.
 
Les règles de sécurité figurent dans le « guide générique pour lutter contre la propagation du COVID-19 au travail », éventuellement complétées par des mesures spécifiques au niveau sectoriel.
 
Conséquences pour l'employeur
L’employeur peut proposer des autotests, mais le travailleur décide lui-même s’il souhaite y avoir recours. Des règles strictes y sont toutefois liées.
 
En outre, l’employeur doit toujours prendre des mesures de prévention appropriées pour garantir le respect des règles en matière de distanciation sociale.
Source:
AR du 11 mai 2021 portant exécution de l’article 3, § 2, de la loi du 22 décembre 2020 portant diverses mesures relatives aux tests antigéniques rapides et concernant l'enregistrement et le traitement de données relatives aux vaccinations dans le cadre de la lutte contre la pandémie de COVID-19, MB 14 mai 2021, 47.868Stratégie de test : directives concernant les autotests et les auto-prélèvements par les travailleurs – Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale (belgique.be)

Oeps,

Désolé, il s'est produit une erreur.

Veuillez réessayer plus tard.

Cette information est-elle utile pour vous ?

Oui Non

Quelle affirmation décrit le mieux votre feedback ?






Votre feedback

La version du navigateur que vous utilisez n'est pas optimale pour ce site web. La plupart des fonctions ne seront pas correctement prises en charge. La version que vous utilisez, n’est plus soutenue par Microsoft. Vous n’êtes donc plus protégé. Afin de pouvoir garantir la sécurité et la confidentialité de vos données, nous vous conseillons de passer le plus rapidement possible à Internet Explorer 11 ou d’utiliser la dernière version d’un autre navigateur.